Annulation de voyage: des différences entre les bons à valoir – Voyage


Les organisateurs de voyages qui ont dû annuler les voyages à forfait en raison de la crise du coronavirus ont distribué des bons à valoir. Attention, il existe des différences entre les “bons coronavirus” belges et les bons distribués à l’étranger et des règles différentes s’appliquent, rencontrées en garde jeudi le SPF Economie.

Au début de la crise du coronavirus, le ministre belge de l’Economie avait modifié les règles relatives à l’obligation de remboursement des voyages à forfait annulés. Du 20 mars 2020 au 19 juin 2020 inclus, les organisateurs de voyages belges ont pu transmettre un bon de valeur (appelé “voucher coronavirus”) aux voyageurs dont le voyage à forfait était annulé en raison de la crise du coronavirus. Une mesure similaire s’applique également aux voyages à forfait réservés auprès d’un organisateur de voyages étranger affilié au Stichting Garantiefonds Reisgelden (SGR) aux Pays-Bas.

Il s’agissait surtout d’organisateurs de voyages néerlandais et suisses comme Corendon ou Sunweb qui pouvait délivrer un bon de voyage avec garantie SGR du 16 mars 2020 au 31 mars 2021 inclus. Voilà le hic : les bons de voyage avec garantie SGR sont soumis à d’autres règles que les bons de voyage délivrés par les organisateurs de voyages belges.

D’un côté, les bons belges ont une validité d’un minimum et il n’y a aucune limite quant à la date de réservation. Dans un délai d’un après l’émission du bon, le client a le droit à tout moment de la demande d’être remboursé (même si la date d’échéance n’est pas encore dépassée). L’organisateur de voyages doit alors rendre l’argent dans un délai de six mois. En outre, le voucher coronavirus est garanti contre l’insolvabilité financière.

De l’autre côté, les bons SGR sont valables au maximum un et uniquement si le voyage a été réservé en 2020 ou avant et que la date de départ était prévue avant le 30 avril 2021. Ce type de bons n’est protégé contre l’insolvabilité de l’organisateur que pendant 12 mois après son émission. Si le voyageur n’utilise pas ce bon pour réserver un nouveau voyage auprès du même organisateur, celui-ci doit rembourser le montant total du voyage au plus tard à la date d’échéance du bon. Si le voyageur n’a reçu aucun remboursement de la partie de l’organisateur de voyages 12 mois après la date d’émission du bon, il a 4 mois pour introduire une plainte auprès du SGR.

Outre les Pays-Bas, la France a également pris des mesures pour les bons de voyage. Les organisateurs de voyages français peuvent transmettre des bons aux voyageurs dont le voyage à forfait a été annulé entre le 1er mars 2020 et le 15 septembre 2020. Ces bons de voyage ont une durée de validité de 18 mois et sont protégés contre une éventuelle insolvabilité financière de l’organisateur. Enfin, l’Allemagne n’a pas adapté sa législation et le Luxembourg à seulement temporairement interdit de demander un remboursement à l’organisateur de voyages.

Au début de la crise du coronavirus, le ministre belge de l’Economie avait modifié les règles relatives à l’obligation de remboursement des voyages à forfait annulés. Du 20 mars 2020 au 19 juin 2020 inclus, les organisateurs de voyages belges ont pu transmettre un bon de valeur (appelé “voucher coronavirus”) aux voyageurs dont le voyage à forfait était annulé en raison de la crise du coronavirus. Une mesure similaire s’applique également aux voyages à forfait réservés auprès d’un organisateur de voyages étranger affilié au Stichting Garantiefonds Reisgelden (SGR) aux Pays-Bas. Il s’agissait surtout d’organisateurs de voyages néerlandais et suisses comme Corendon ou Sunweb qui pouvait délivrer un bon de voyage avec garantie SGR du 16 mars 2020 au 31 mars 2021 inclus. Voilà le hic : les bons de voyage avec garantie SGR sont soumis à d’autres règles que les bons de voyage délivrés par les organisateurs de voyages belges. D’un côté, les bons belges ont une validité d’un minimum et il n’y a aucune limite quant à la date de réservation. Dans un délai d’un après l’émission du bon, le client a le droit à tout moment de la demande d’être remboursé (même si la date d’échéance n’est pas encore dépassée). L’organisateur de voyages doit alors rendre l’argent dans un délai de six mois. En outre, le voucher coronavirus est garanti contre l’insolvabilité financière. De l’autre côté, les bons SGR sont valables maximum un et uniquement si le voyage a été réservé en 2020 ou avant et que la date de départ était prévue avant le 30 avril 2021. Ce type de bons n’est protégé contre l ‘insolvabilité de l’organisateur que pendant 12 mois après son émission. Si le voyageur n’utilise pas ce bon pour réserver un nouveau voyage auprès du même organisateur, celui-ci doit rembourser le montant total du voyage au plus tard à la date d’échéance du bon. Si le voyageur n’a reçu aucun remboursement de la partie de l’organisateur de voyages 12 mois après la date d’émission du bon, il a 4 mois pour introduire une plainte auprès du SGR.Outre les Pays-Bas, la France a également pris des mesures pour les bons de voyage. Les organisateurs de voyages français peuvent transmettre des bons aux voyageurs dont le voyage à forfait a été annulé entre le 1er mars 2020 et le 15 septembre 2020. Ces bons de voyage ont une durée de validité de 18 mois et sont protégés contre une éventuelle insolvabilité financière de l’organisateur. Enfin, l’Allemagne n’a pas adapté sa législation et le Luxembourg à seulement temporairement interdit de demander un remboursement à l’organisateur de voyages.





Source link

Laisser un commentaire